AccueilPortailS'enregistrerConnexionFacebookTwitter

Partagez | 
 

 Thorgan Hazard: "Mönchengladbach, c’est mon choix"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fredo81
Légende vivante
Légende vivante
avatar

Nombre de messages : 32872
Age : 36
Localisation : Ottignies-LLN
Console : PS3 - PSP
Date d'inscription : 22/07/2005

MessageSujet: Thorgan Hazard: "Mönchengladbach, c’est mon choix"   Mer 20 Aoû - 6:22

Thorgan Hazard: "Mönchengladbach, c’est mon choix"

Thorgan Hazard nous explique le cheminement de sa décision qui l’a conduit en Allemagne

Ni les quelques gouttes de pluie qui commencent à s’abattre sur le Borussia Park, ni le vent qui s’élève ne parviennent à troubler le cérémonial.

Sitôt l’entraînement terminé, plusieurs centaines de supporters de Mönchengladbach quémandent des autographes de leurs favoris. Les joueurs fendent la foule, prennent la pose.

Thorgan Hazard se prête au jeu en souriant, prenant une dizaine de minutes pour parcourir les cent mètres qui le séparent du vestiaire. Six semaines après son arrivée, le joueur s’est fait à cet engouement et donne déjà l’impression d’être chez lui. Logique, puisqu’il est là où il voulait être.

"Je voulais absolument venir en Allemagne" , nous a-t-il confié.

Entre les deux séances de ce mardi, Thorgan Hazard a pris le temps de revenir sur le cheminement d’une décision pleine de sagesse, s’expatriant un peu mais pas trop.

"C’est vrai que ce n’est pas trop loin, Liège n’est qu’à 45 minutes. Je reste dans un certain rayon. Mais la langue est différente, la mentalité aussi. C’est très carré, tout le monde suit le même chemin. On voit ce que ça donne, ça paie, ils sont champions du monde, ce n’est pas pour rien. C’est ici que je voulais être."

Quels sont les critères qui expliquent cette détermination à rejoindre l’Allemagne ?

"Beaucoup de choses ont fait que j’ai signé ici, tout était réuni finalement. C’est un bon club, européen, pas loin de la Belgique avec un coach qui parle français. C’est un tout, c’est pour cela que j’ai choisi de venir ici. D’autres clubs étaient intéressés ici et dans d’autres pays, les nommer ne sert à rien, je voulais venir en Allemagne."

Avez-vous pris des renseignements auprès de Junior Malanda ou de Kevin De Bruyne ?

"Pas avant de signer. Kevin m’avait dit que c’était une belle ambiance, Junior m’avait dit que cela jouait bien. Mon père m’a renseigné, on a pris la décision ensemble. À partir du moment où je voulais jouer en Bundesliga et que cette proposition s’est présentée…"

Vous avez énoncé vos critères, quels était ceux de Chelsea à qui vous appartenez ?

"Ils voulaient que j’aille dans un autre championnat et c’était mon souhait aussi. Ils étaient très contents que je vienne ici. Ils ont trouvé que la Bundesliga était une bonne option pour progresser. Pour preuve, Oriol Romeu est à Stuttgart, Lucas Piazon à Francfort et Kallas à Cologne. L’Allemagne, c’est un échelon supérieur et Mönchengladbach, c’est mon choix. Chelsea trouvait que c’était une bonne option et n’avait pas de quoi s’y opposer."

Contrairement aux deux dernières années, vous avez été prêté très tôt…

"Oui, c’est mieux de faire directement la préparation. Il y a toujours un temps d’adaptation : plus vite tu connais le club et les joueurs, plus vite tu peux t’intégrer. Je voulais commencer dans un club directement et cela s’est fait."

Avant de vous engager, vous avez discuté avec l’entraîneur, Lucien Favre ?

"Non. Mon père a tout géré. Dès que je suis arrivé, je me suis présenté, on a parlé un petit peu. On apprend à se connaître. On m’avait dit que c’était un club qui jouait bien au football, c’est aussi un élément qui a pesé dans mon choix."

Dans quel rôle compte-il vous utiliser ?

"Pour l’instant, c’est plus un 4-4-2 à plat. Tout le monde dit qu’il est très fort tactiquement, on le voit à l’entraînement, pour l’instant je joue dans les deux devant, parfois à gauche. Je suis rentré en tant qu’attaquant, c’est nouveau. Cela me plaît, du moment où je joue…"

Jouer ici vous permettrait aussi de vous rapprocher des Diables…

"Oui. L’objectif, c’est l’Euro 2016. Cela passera par de bonnes performances ici. On connaît tous les joueurs qui sont dans l’équipe et qui évoluent dans des grands clubs. Si je peux m’imposer ici, pourquoi pas ? Le coach décidera. C’est peut-être plus facile si tu joues ici d’avoir une petite place que si tu joues à Zulte Waregem…"

"Être papa ? La plus belle chose qui me soit arrivée"

Évoquer le sujet permet d’allumer dans le regard déjà intense de Thorgan Hazard des étoiles. "L’arrivée de ma fille m’a apporté beaucoup de bonheur. C’est quelque chose d’extraordinaire. C’est la plus belle chose qui me soit arrivée pour l’instant. Dès que je rentre à la maison, elle est là, faut s’occuper d’elle, jouer avec elle. C’est que du bonheur. Après, elle dort bien, j’ai beaucoup de chance, beaucoup de gens me le disent. Cela demande beaucoup d’énergie, mais je suis très content" , explique le médian. La paternité rime-t-elle avec plus de maturité ? "Je pense oui, c’est automatique. Eden, cela l’avait encore plus posé. Même si on était très posé, avec un enfant, tu ne penses qu’à lui, tu fais en fonction de lui, tu t’organises pour faire ce qu’il y a de mieux pour lui. Même si on restait déjà beaucoup à la maison, c’est encore plus le cas maintenant." Ce que les Hazard peuvent faire à Mönchengladbach où lui et sa petite famille ont fini par trouver une maison.

"C'est un autre monde"

Thorgan Hazard découvre les joies de la préparation à l’allemande

En Allemagne, on développe un football physique ? Thorgan Hazard valide la théorie, mais savoure ses premiers pas au pays des champions du monde.

Ce que vous avez découvert ici est conforme à vos attentes ?

"Oui. C’est compliqué, enfin non, disons plutôt que c’est assez intensif. Cela fait cinq, six semaines qu’on est en préparation. L’année passée, je n’avais fait qu’une semaine de préparation et je jouais déjà au Lierse. Ici, il y a eu beaucoup de matches amicaux, j’ai fait une bonne préparation qui va me faire du bien pour le reste de la saison. Généralement, on a deux fois deux entraînements par semaine. C’est costaud, c’est allemand. Il y a parfois des séances de 2 h, 2 h 30. Quand tu as fini, tu dois encore courir, c’est assez poussé. Mais au niveau du rythme, tu te sens bien. On va avoir beaucoup de matches qui vont s’enchaîner, surtout si, comme je l’espère, on va se qualifier pour la Ligue Europa."

Vous ressentez déjà la différence ?

"Sur les premiers matches, je n’avais pas de jambes. Maintenant, cela commence à aller. Au niveau du rythme, je dois m’adapter. À la Telekom Cup, on a joué deux fois 30 minutes, mais c’était comme si j’avais joué deux fois 45 minutes, j’étais K.-O. Il y avait la préparation aussi mais ici, cela n’arrête pas: tu attaques et derrière, tu dois absolument défendre. En Belgique, c’était un peu plus cool. Je n’avais jamais joué à un si haut niveau, à l’exception peut-être du match avec les Diables aux USA."

En terme d’adaptation, vous n’allez pas avoir besoin de beaucoup de temps pour faire évoluer votre style qui est taillé pour la Bundesliga…

"Beaucoup de gens me l’ont dit, c’est vrai. J’aime frapper de loin, oui. On m’a dit t’aimes bien courir, défendre, attaquer, normalement, ça devrait aller. Mais cela ne veut pas dire que je vais faire une bonne saison, on verra, mais il y aura beaucoup de matches, surtout si on se qualifie en Ligue Europa. Après, c’est un grand noyau, tous les postes sont doublés, voire triplés. Il y a beaucoup de concurrence. C’est un autre monde. À moi de me faire ma place dans ce championnat."

Qu’est-ce qui change le plus dans ce nouveau monde ?

"La langue. C’est assez compliqué même si quelques joueurs parlent français et le coach aussi. Mais c’est surtout l’intensité des entraînements qui change. Zulte Waregem, on va dire que c’était plus cool. Ici, même en jouant tous les trois jours, on se retrouve quand même avec deux entraînements par jour deux fois par semaine."

Évoluer au pays des champions du monde est une fierté ?

"Oui. Cela prouve qu’ils font du bon travail. Il y a un champion du monde (NdlR : Christoph Kramer), deux ou trois joueurs qui ont fait la Coupe du Monde. C’est un autre niveau. S’entraîner et jouer à côté de ces joueurs-là ne peut que me faire progresser. À Zulte aussi, on avait un joueur qui a fait la Coupe du Monde : Sammy Bossut. Et, il y avait aussi Fabrice Olinga. Ici, c’est un autre truc, c’est un autre schéma tactique pour l’instant. Tout est différent. Il y aura un temps d’adaptation et après, j’espère m’imposer le plus rapidement possible."

_________________
Administrateur 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://rsca2005.forumactif.com
defour16



Nombre de messages : 67
Age : 31
Localisation : Liège
Date d'inscription : 18/08/2014

MessageSujet: Re: Thorgan Hazard: "Mönchengladbach, c’est mon choix"   Mer 20 Aoû - 10:03

Tu aurais pu faire une grande carrière au sporting!
Revenir en haut Aller en bas
 
Thorgan Hazard: "Mönchengladbach, c’est mon choix"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Thorgan Hazard reste a Zulte-Waregem: Officiel!
» Le bon choix d'un trike
» Choix difficil ...
» choix du moulinet
» Choix sondeur ... eternelle question

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RSCA 4 EVER :: Foot International :: Nos Belges de l'étranger :: Bundesliga-
Sauter vers: